Nouvelles


Communauté -

Dépasser ses limites: voyage en Équateur

Dans le cadre de l’année scolaire 2012-2013, plusieurs élèves de la 5e secondaire ainsi que de la 4e secondaire ont  participé à un voyage en Équateur.

Lors de ce voyage, nous, élèves du Collège, avons dépassé nos limites physiques et mentales grâce au défi que ce voyage de dépassement de soi nous apportait. En effet, lors de ce voyage, nous avons eu la chance de grimper des volcans très hauts. Il s’agit d’un tout autre univers que de vivre en altitude, car l’oxygène est beaucoup moins présent, ce qui signifie que la respiration est plus complexe et s’essouffle plus rapidement qu’au Québec. C’est pour cette raison qu’au moment de notre arrivée en Équateur, plus précisément à Quito, nous avons pris deux jours où nous avons pu nous habituer à cette hauteur, car la ville elle-même se situe dans une vallée à une altitude de 2850 mètres.

Pendant ces deux jours, nous avons visité la ville de Quito avec notre guide principale prénommée Virginia, qui s’est fait un plaisir de nous donner plusieurs informations sur sa ville, et ce, tout au long de notre voyage. Nous avons aussi eu la chance de pouvoir regarder le Vendredi Saint de Quito. Puisque Quito est une ville très religieuse, il y avait beaucoup de monde au rendez-vous. Finalement, la journée avant d’aller escalader des volcans, nous sommes allés faire du lèche-vitrine au marché d’Otavalo, qui est un marché où beaucoup de personnes se rassemblent et vendent leur marchandise. Il s’agit d’un très grand endroit.

Trois grands défis

Le but principal du voyage est enfin arrivé. Nous avons escaladé trois volcans dans un délai de cinq jours. Le premier s’appelle le Fuya Fuya. Son sommet atteint les 4200 mètres de hauteur. Pas la peine de préciser que nous étions dans les nuages! Ce volcan a pris une longueur d’environ 3 heures à monter et à descendre. Nous avons aussi eu la chance de pouvoir dîner au sommet.

Le lendemain, un deuxième volcan nous attendait: le Guagua Pinchincha. Se situant à une hauteur de presque 4800 mètres, celui-ci a pris beaucoup plus d’heures de marche que le premier, qui n’était qu’un échauffement pour s’habituer aux jours qui allaient suivre. Au début, le plan était d’escalader seulement ce volcan. Nous avons cependant fait d’une pierre deux coups. Une fois arrivés à une hauteur approximative de 4400 mètres, où nous avons mangé, nous sommes partis escalader un volcan un petit peu plus bas que le Guagua Pinchincha. Faire ces deux volcans nous a pris environ 5 heures de marche.

L'escalade du troisième volcan est arrivée par la suite. Nous avons d'abord dû nous rendre au refuge du Cotopaxi, qui est le nom du volcan. Nous y sommes restés toute la journée, nous y avons dormi, pour partir le lendemain pour 1h30 de marche où nous nous sommes installés dans un campement pour dormir. Une fois dans cette vallée, formée par l’écoulement de lave du Cotopaxi, nous avons installé nos tentes. Certains sont allés explorer les lieux. Nous avons pu apercevoir des chutes d’eau de source, ce qui veut dire qu’on pouvait la boire, ainsi que de la végétation et des roches immenses sur lesquelles nous avons pu grimper.

Le lendemain, le Cotopaxi nous attendait. Nous sommes partis de bonne heure pour atteindre la neige éternelle qui était sans doute le plus gros défi du voyage. Pour aller vers celui-ci, nous devions passer près d’un autre volcan, le Morurco. C’était la montée la plus difficile de toute la marche jusqu’au sommet, puisque la température n’aidait pas. Passée la partie la plus difficile franchie par l’équipe, nous sommes partis vers le Cotopaxi. Ce fût une longue marche dans du sable et de la petite neige. Nous étions aussi un peu envahis par le vent qui soufflait très fort. Nous nous sommes quand même rendus jusqu’au point d’intersection où nous avons pu manger. Nous sommes ensuite partis pour 2 heures de marche pour se rendre à une altitude de 5200 mètres, dans un endroit où la neige et la glace habitent depuis un très long moment. C’était un des meilleurs moments du voyage que de marcher sur de la neige éternelle.

Une belle récompense pour terminer le voyage

Comme tout effort se termine par une récompense ou une relaxation, nous sommes partis, dès le lendemain, vers la ville de Tena, tout près de la jungle, où il fait trente degrés. Nous avons résidé dans un hôtel pendant deux jours. Nous étions très heureux de nous apercevoir qu’il y avait une piscine, un spa ainsi qu’une rivière dans laquelle nous pouvions aller nous baigner. Le séjour a été formidable et nous avons visité deux villages indigènes. Au retour, nous sommes allés voir des singes capucins. Le lendemain, nous avons exploré une grotte; celle de Jumandy. Dans cette grotte, il y avait des trous d’eau qui allaient jusqu’à 4 mètres de profondeur et dans lesquels nous pouvions nous jeter. C’est ce que nous avons fait de notre dernière journée en Équateur.

Avant notre départ, ce n’est pas tout le monde qui se connaissait bien et qui était habitué à vivre ensemble. Lors de ce voyage cependant, même ceux qui ne se connaissaient pas très bien ont pu se connaître d’avantage et nouer de nouvelles amitiés. Vers la fin, nous étions comme une famille et nous voulions tous rester en Équateur plus longtemps, car nous n’étions aucunement exaspérés par quoi que ce soit, par exemple le paysage, la température ou même la nourriture.

Ce voyage nous a donc permis de se dépasser, mais aussi de rencontrer de nouvelles cultures et de tisser de nouveaux liens d'amitié.

Le voyage de dépassement de soi est un voyage inoubliable pour toutes les personnes qui ont vécu cette expérience. Incluant 10 jeunes du Collège ainsi que 2 professeurs, voici les aventuriers :
En 4e secondaire : Coralie Poirier, Véronique Blouin, Émilie Côté et Jérémie Pelletier
En 5e secondaire : Mélanie Langlais, Sabrina Dissi, Laurence Varin-Larocque, Jessie Bigras-Lauzon, Vicky Laurin et Marco Sirois.
Enseignants : Katryne Raymond et Sébastian Doane
Accompagnateur : Françis Lacharité

Merci à Jérémie Pelletier pour ce bel article!

Visionnez d'autres photos du voyage sur notre page Facebook.