Nouvelles


Kim Thuy en compagnie des enseignantes de français Isabelle Sanchez, Liara Brault, de la bibliothécaire Chantale Thérien et de la technicienne en organisation scolaire Geneviève Barrette.

Communauté -

Atteindre l’équilibre: une philosophie de vie pour Kim Thuy

C’est le 17 mars dernier dans le cadre de la Semaine de la lecture du CSJV que les élèves et membres du personnel du CSJV ont eu la chance de faire la rencontre de Kim Thuy, auteure de Ru, Mãn et  À toi. Dans l’ambiance très conviviale de la bibliothèque, elle a discuté avec la quarantaine de jeunes présents, évoquant anecdotes, réflexions sur la vie et plusieurs livres coups de cœur qui l’ont charmée.

La rencontre avec Kim Thuy était loin d’être une conférence traditionnelle, avec un propos dirigé et une période de questions. Au contraire, elle a entamé la période en invitant son public à lui poser toutes ses questions. Ces questions l’ont amenée à parler tout d’abord de la notion d’équilibre, très présente dans la culture asiatique. « Dans mon pays d’origine, nous valorisons beaucoup le juste milieu. Contrairement à ici, où on met beaucoup d’emphase sur le fait d’être au top, en Asie, on préconise l’équilibre, le fait de ne jamais être dans des émotions trop intenses », raconte-t-elle.

Par la suite, l’auteure et personnalité québécoise a abordé la question du rêve : « Pour rêver, il faut savoir que la chose existe; il faut avoir des connaissances. Ce que l’école vous offre, ce sont des connaissances et des outils pour rêver ». D’ailleurs, elle-même avoue ne jamais avoir rêvé de gagner des prix littéraires… puisqu’elle ignorait complètement leur existence. Son seul objectif, lance-t-elle, est de « partager la beauté des choses »       qu’elle voit. Et cette beauté passe par la diversité. « On est dans une société avec des gens de toutes les formes et toutes les couleurs et c’est ce qui est beau ». Mme Thuy a profité de ce moment pour présenter les très nombreuses couvertures de son roman Ru à travers le monde; une belle façon de montrer la beauté de la diversité de culture, mais également de perceptions.

Kim Thuy a terminé cette belle rencontre en expliquant aux jeunes l’origine du nom de son premier roman Ru : « Ru signifie en vietnamien bercer son enfant jusqu’au sommeil. Au Québec, ce mot évoque l’idée d’un très petit cours d’eau qui peut contourner les obstacles sans jamais s’arrêter ».

Voici en terminant quelques suggestions littéraires de Mme Thuy, que nous remercions pour sa visite au CSJV.

Références bibliographiques

BARICCO, Alessandro. (2001). Soie.Paris: Gallimard.

BEIGBEDER, Frederic.(2011).  Premier bilan après l’apocalypse. ParisGrasset.

BOUCHARD, Hélène. (2011).  Petits fruits nordiques. Ottawa : David.

COUTU, Mia. (2011). L’accordeur de silences . Paris : Métailie. *

DURAS, Margueritte.(1984). L'amant. ParisMinuit.

GIGUÈRE, Roland. Illuminures

JANVIER, Elena. (2011).  Au Japon ceux qui s’aiment ne disent pas je t’aime. ParisArlea. 

KOLTÈS, Bernard-Marie. (1987.  Dans la solitude des champs de coton. ParisMinuit.

LABONTÉ, Alain. (2015).  Une  âme et sa quincaillerie. Montréal : Del Busso.

MIRON, Gaston. (2015). L’homme rapaillé. MontréalDe l’Hexagone.

SHARANG, Hossein.(2009).  Serpent boiteux ; Livre sauvage. Montréal Noroît.